Imprimer cet article

Placements

Du nouveau pour le capital-investissement

Deux nouveaux dispositifs de capital-investissement ont ainsi été mis en place dernièrement. Revue de détail.

Publié le

Un grand nombre d’entreprises subissent de plein fouet les répercussions de la crise liée au coronavirus : chute du chiffre d’affaires, fermeture d’établissements, difficultés de production, ruptures d’approvisionnement, absences de salariés... Des évènements qui ont pesé fortement sur leur solidité. Pour tenter de limiter la casse, les pouvoirs publics ont mis en place un certain nombre de dispositifs (aides financières, prêts garantis, report de charges fiscales et sociales...) destinés à permettre aux entreprises, petites, moyennes ou grandes, de traverser cette période difficile. Et les pouvoirs publics en appellent désormais aux Français pour qu’ils mobilisent leur épargne en faveur des PME et ETI.

Un fonds d’investissement Bpifrance

Conformément à la volonté de Bruno Le Maire de flécher l’épargne des Français vers l’économie dite « réelle », Bpifrance vient de lancer un fonds commun de placement à risques (FCPR). Nommé Bpifrance Entreprises 1, ce fonds permet aux particuliers d’investir dans un portefeuille de 1 500 PME et start-up, principalement françaises et non cotées.

Étant précisé que ces entreprises évoluent dans des secteurs d’activité multiples : services, santé, industrie, technologies, biens de consommation, finance, hôtellerie, loisirs, énergie, construction… À noter que ce FCPR peut être logé dans un compte-titres, un PEA ou une assurance-vie.

Autre caractéristique, le fonds a une durée de vie de 6 ans, prorogeable d’un an. Ce qui veut dire que son terme est fixé au plus tard au 1er octobre 2027. En outre, le montant minimal de souscription est établi à 5 000 € (soit 50 parts à 100 €) et l’investisseur ne peut, en principe, vendre ses parts avant le terme du fonds.

La souscription au fonds Bpifrance Entreprises 1 est possible depuis le 1er octobre sur une plate-forme internet sécurisée, par le biais de certains établissements bancaires, assureurs et via les conseillers en gestion de patrimoine afin de le rendre facilement accessible.

Le label Relance des pouvoirs publics

Afin de permettre à tout un chacun de participer à la relance économique du pays, le ministère de l’Économie, des Finances et de la Relance vient de dévoiler son nouveau label « Relance ».

Ce label, qui sera lancé officiellement le 1er janvier 2021, a pour but d’identifier rapidement les fonds d’investissement qui s’engageront à mobiliser promptement leurs ressources pour soutenir les fonds propres des entreprises françaises (cotées et non cotées), et notamment des PME et des ETI.

Les fonds qui, après examen de leur dossier de candidature, auront été labellisés pourront être souscrits via des supports d’épargne grand public : assurance-vie, PEA-PME, Plan d’épargne retraite et plans d’épargne salariale. Précisons que ces fonds devront également intégrer un ensemble de critères environnementaux, sociaux et de bonne gouvernance dans leur politique d’investissement et d’engagement actionnarial.

Avantage non négligeable, les fonds labellisés investis dans des entreprises non cotées pourront, sous conditions, accéder au dispositif de garantie en fonds propres de Bpifrance, France Investissement Garantie. Ce dispositif pourra garantir jusqu’à 1 Md€ d’investissement en fonds propres. En outre, ces fonds pourront bénéficier du statut de fonds d’investissement de proximité (FIP) ou de fonds commun de placement dans l’innovation (FCPI). Un argument supplémentaire qui a de quoi séduire les épargnants puisque ce statut permet de bénéficier d’avantages fiscaux. En effet, les FCPI et les FIP ouvrent droit chacun à une réduction d’impôt sur le revenu égale à 18 % du montant des versements, plafonnée à 12 000 € pour une personne seule et à 24 000 € pour un couple marié.

À noter que la liste des fonds labellisés sera rendue publique sur le site internet du ministère de l’Économie, des Finances et de la Relance. À ce jour, 14 fonds d’investissement, accessibles au grand public et aux professionnels, ont été labellisés.

Faites-vous accompagner !

L’investissement au capital des entreprises comporte des risques, et notamment celui de perdre sa mise. De ce fait, il est fortement recommandé de faire appel à son conseil habituel pour évaluer l’opportunité de souscrire ce placement. N’hésitez pas à nous contacter !

Haut de page Article du - © Copyright Les Echos Publishing - 2021